En S-20, on peut pas dire qu'on soit futte-futte mais des fois sa vire au.....drame LOOL

18 mars 2007

L'aventure à coter de chez soi...

Ah l'aventure, un grand mot pour une chose si....euh enfait, une grande chose. Si je vous dis l'aventure, la plupart des personnes normalement constituées pensent : jungle, chemise en sueure, indiana jones et banana-split. Mais on oubli trop vite qu'au détour d'une rue, que derrière une poubelle peut se cacher l'aventure ! Oui, bon pour la poubelle ça se discute. Et en général, ça vous prend par surprise, au moment où vous pensiez que tout allait bien.

aventurier

D'ailleur ça n'arrive pas qu'aux autres l'aventure. Non, je ne raconterai point ici mes déboires avec la police portugaise ni avec les filles. A la place, vous avez le droit à un introduction digne d'Hollywood et d'une histoire completement KHULTE.

The koala brothers company gives you "Alex and the hidden key" !
(OK l'intro c'est fait)

Alors que je rentrais tranquilement chez moi (mp3 dans la poche et musique dans les oreilles) par une belle fin d'après midi de Mars, il m'est arrivé quelque chose de..hum...incredible dirons nous! J'arrive devant chez moi, ouvre le portail et me retrouve face à ma porte d'entrée. Et là c'est le début d'une longue série d'évènements, dont seul Jack Bauer avait le secret. La porte étant fermée à clé, je me suis dit "tiens la porte est fermée a clé", et de suite j'ouvre les poches de ma vestes à la recherche de la clé. Rien. J'attaque mon pantalon....toujours rien.

"bordel de merde elle quand même pas dans mon cul ste putain de clé"

Je me rend à l'évidence que ce n'est pas mon jour, et me le signal à moi même d'une formule très spirituelle : "marde chuis pas dans la merde >_<". Et là, j'entrevois mon sauveur. Le voisin qui vient de rentrer de son travail. Alors gentillement, je m'approche de lui et demande son porte-feuille si je peux passer par son jardin de derrière pour rentrer chez moi. Arriver dans le dit jardin, je fait une très belle acrobatie sur le mur en béton séparant nos jardins respectifs (oui, j'ai pris les deux mains et j'ai grimper un mur d'un mètre quatre-vingt dix de hauteur...rien de bien difficile quand on a l'habitude de faire ça sur les maisons au portugal). Et me voila qui met enfin pied à terre chez moi, du moins dans le jardin de derrière ce qui n'est pas si mal.

Et là, question à un million d'euro : "merde est-ce que la porte de derrière est ouverte ?".....Biensur, tu connais (oui toi la personne qui lit, pas la peine de te cacher ou de t'enfuir quand je te tutoies) ma chance légendaire, et comme tu t'en doute, la porte de derrière est bel et bien fermée à clé. Mais par un miracle venu de je ne sais où, les clés sont sur la porte, et en passant mon bras par l'ouverture, qui sert au chien pour sortir habituellement, j'arrive à les attraper. Oh miracle, me voici enfin rentré chez moi.

Chapitre 453 et 792 : le repos du guerrier & une fin tragique

Après ces moults péripéties, me voilà confortablement instalé dans mon canapé entrain de regarder des clips musiquaux accompagnés de mon goùter. Entre un clip d'Erik Prydz et un autre d'Avril Lavigne, je me délecte subtilement de deux bouchées de sandwhich jambon-beurre-leerdamer. Mais avec le clip de Thierry Amiel vient une découverte funeste. En ouvrant la poche de ma veste où se trouve le koala (cette petite chose que vous adorez tant mesdemoiselles), je découvre non sans stupeur....que la clé de la porte d'entrée gît paisiblement à coter de la peluche.

"Comme quoi, même après une rude journée, on peut toujours passer pour un con"

Posté par A1eX à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire